Europacity est un projet qui associe le groupe Auchan et l’investisseur chinois Wanda, avec le soutien de l’État. Cinq cents boutiques, un centre aquatique, 2700 chambres d’hôtel, une surface de bureaux égale à la moitié de la Défense… Une gare du Grand Paris, la gare « Triangle de Gonesse » est prévue pour desservir ce complexe.

Ce projet est contesté par de nombreuses associations et structures locales et nationales (les villes du Blanc-Mesnil, de Saint-Denis, de Bondy…, le réseau des AMAP, Terre de Liens, FNE Ile de France, les Amis de la Terres, Attac, Europe Écologie les Verts, le Front de Gauche….). Et ce projet est bel et bien contestable pour de nombreuses raisons !

Le consumérisme est à l’honneur : consommation de biens ou de loisirs ! Nous n’avons pas besoin aujourd’hui en Ile de France d’un centre commercial supplémentaire, alors que la région en compte déjà 218, alors que les plus récents comme Le Millénaire à Aubervilliers, le So Ouest à Levallois, ou le One Nation Paris aux Clayes-sous-Bois, ne remplissent pas leurs objectifs de fréquentation ; alors que les commerces de proximité, source de vie et de lien social, peinent à s’implanter dans les villes.

L’artificialisation de 300 ha de terres : une catastrophe pour l’environnement ! Les sols sont des ressources non renouvelables. Leur artificialisation représente une perte de ressource pour l’agriculture et pour les espaces boisés et naturels. Leur artificialisation est aussi l’un des principaux facteurs de perte de biodiversité souterraine et aérienne. Les sols enfin doivent impérativement être préservés car en raison de leur capacité à stocker le carbone, ils contribuent activement à la lutte contre le réchauffement climatique.

La perte de terres agricoles en Ile de France, ce serait aller à l’encontre d’une demande croissante d’aliments produits localement et distribués en circuits courts ! La proximité entre les lieux de production et de consommation est particulièrement favorable pour les denrées supportant mal le transport, comme les fruits et légumes.

Le projet CARMA (Coopération pour une Ambition Agricole Rurale et Métropolitaine d’Avenir) constitue un projet phare pour la transition agro-écologique. Le groupement est constitué autour de Terre de Liens Ile de France, qui en est le maître d’ouvrage, assisté d’experts en urbanisme, agronomie, architecture, paysage, développement d’activités sociales, écologiques et solidaires… Le réseau des AMAP d’Ile de France, le réseau Fermes d’avenir, Les Champs des Possibles, la confédération des commerçants de France, le réseau Biocoop sont partie prenante.

Le projet prévoit le développement d’activités agricoles selon les principes de l’agro-écologie. Les productions maraîchères et d’arboriculture notamment viendront en complément des cultures céréalières qui subsisteront. L’agroforesterie, qui associe la plantation d’arbres aux cultures, sera pratiquée… La diversité sera recherchée.
Un pôle de conditionnement, de stockage et de transformation permettra la valorisation directe des produits agricoles, destinés avant tout aux communes avoisinantes, en restauration collective -cantines, hôpitaux, maison de retraite, centres administratifs et entreprises-, mais aussi en vente directe, circuits courts, commerces de proximité…

Les principes d’économie circulaire seront mis en œuvre, concernant notamment la réutilisation des biodéchets et la production d’énergie.

Ce projet ouvre sur une vaste palette de métiers, offrant des possibilités de créations locales d’emplois dans les filières innovantes. Des activités de formation sont également prévues, pour les agriculteurs souhaitant s’installer, mais aussi dans le domaine de la transformation des produits, de la transition énergétique.

Un Centre de Recherche, d’innovations et de Transfert de Technologie (CRITT) sera créé, avec des espaces-tests ; il permettra la connexion entre la recherche et les agriculteurs, il proposera aussi des formations.

Des animations liées à l’agriculture, la santé, l’alimentation seront proposées, ainsi que des jumelages et partenariat avec des lycées.

CARMA s’inscrit en connexion avec d’autres projets déjà existants, comme la ferme de Toussacq, Terres Fertiles, la ferme de Milly la Forêt, R-Urban, la Bergerie de Villarceaux…

Ce projet constitue une opportunité unique, à 15 km de Paris, de maintenir une activité agricole renouvelée, selon les principes de l’agro-écologie, et de contribuer à une alimentation de qualité. Il renforcera les liens entre le monde agricole et le monde urbain, donnera des espaces de respiration à la ville en mettant en valeur ce patrimoine agricole et paysager de l’Ile de France. Il s’inscrit pleinement dans les enjeux actuels de reconquête de la biodiversité et de lutte contre le changement climatique.

Et au-delà du Triangle de Gonesse, la réflexion s’élargit aujourd’hui autour d’un espace plus vaste au Nord de Paris : c’est « CARMA Pays de France »…

Ce que l’on peut faire :

– En parler autour de soi pour sensibiliser un plus grand nombre d’habitants d’Ile de France, pour que la mobilisation soit plus forte.

– Participer aux manifestations, actions organisées par le mouvement « Non à Europacity » , et par le collectif « CARMA », sur place au Triangle de Gonesse et en d’autres lieux franciliens et parisiens.

– Soutenir financièrement le projet CARMA, s’impliquer dans la construction du projet.

Pour en savoir plus sur le projet CARMA : http://carmapaysdefrance.com
Pour en savoir plus sur le mouvement : Non à Europacity : http://nonaeuropacity.com

Ketchup, pâte à tartiner, moutarde, biscuits apéritif… Nos placards regorgent de ces basiques de la cuisine issus de l’industrie agro-alimentaire.

 

Et si on essayait de faire sans… ou plutôt de les faire, pour retrouver des gestes, un savoir-faire mais aussi pour maitriser les quantités de sel et de sucre, pour éviter les additifs.

Louise Browaeys est ingénieure agronome, spécialisée en nutrition. Elle travaille depuis dix ans dans les

secteurs de l’agriculture, de l’alimentation, de la nutrition et de l’écologie.

Elle a écrit avec Hélène Schernberg, ingénieure agronome, « Mon épicerie Maison, plus de 50 recettes saines, faciles et gourmandes pour faire tous les basiques du placard », aux éditions Alternatives.

Nous l’accueillons, avec la librairie Mots à Mot, le vendredi 16 novembre pour un café littéraire à la Maison du Citoyen.


La lacto-fermentation est un moyen très ancien de conserver les légumes en utilisant la saumure, c’est à dire de l’eau salée. La choucroute est le légume lacto-fermenté le plus connu mais un grand nombre de légumes peuvent être conservés de la sorte.

Durant l’atelier, vous apprendrez à préparer les légumes, doser le sel et vous repartirez avec votre bocal. Vous pouvez venir avec un bocal type Le Parfait et son caoutchouc, nous fournissons les légumes !

Rendez vous de 10h30 à 12h, square Michelet, en face de la boutique.
Atelier sur inscription. Vous pouvez vous inscrire en nous contactant par mail.

Au mois, d’avril, que vous ayez un jardin ou quelques pots sur un appui de fenêtre, il est temps d’effectuer les premiers semis.
L’ atelier est l’occasion de semer ensemble des graines de tomates, courgettes, potiron, potimarron, aromatiques, etc. Et les plants pourront être repiqués quelques semaines plus tard et placés une jardinière, sur un rebord de fenêtre, un balcon, un jardin. Venez avec des contenants (petits godets, bouteilles en plastique, pot de yaourts, autres) et des graines à échanger, si vous en avez.
Cet atelier est ouvert aux petits et grands !
Rendez vous de 10h30 à 12h, square Michelet, en face de la boutique.

Toujours dans le cadre de la quinzaine des solidarités internationales, Bulles de Vie organise mardi 21 novembre à partir de 20h à la Maison du Citoyen et de la Vie Associative une table ronde avec AVSF (Agronomes et Vétérinaires sans Frontière) et Ethiquable  sur le thème de l’agriculture paysanne dans les pays du sud,  la coopération avec les pays du nord et la question de l’éthique.

Du Sud au Nord, un fil solide et solidaire peut être tendu !